• Didier Daeninckx

    Daeninckx

    Didier Daeninckx a donné sa définition du roman policier : " un type de roman dont lobjet se situe avant la première page" ; et celle du roman noir : " Un roman de la ville et des corps en souffrance ". Il définit l’auteur de polar comme un « arpenteur du réel ».

    Didier Daeninckx  revient sur des dénis historiques,  notamment la répression sanglante du 17 octobre 1961 et la politique colonialiste de la France au début du XXème siècle.  Larpenteur du réel Didier Daeninckx fait resurgir dans le présent les ombres noires de lhistoire de la France et notamment son passé colonial. Pour cela, il imbrique dans ses récits le présent et le passé, la réalité et la fiction. Tel un archéologue, il fait resurgir les dessous de lhistoire pour éclairer le présent à la lumière de ce passé  mis un temps sous léteignoir.

    Meurtre pour mémoire, roman qui revient sur la répression sanglante, le 17 octobre 1961, par la police parisienne dune manifestation de ressortissants algériens. Parmi les mort : Thibaud. Sagissait-il dune bavure policière ou dun meurtre ? Cest son fils, en 1981, est tué à son tour, après avoir consulté les archives de la Préfecture de Police. Linspecteur Cadin mène lenquête qui va lamener à sintéresser à un certain André Veuillot, fonctionnaire compromis sous le régime de Vichy en 1942. Le retour dAltaï : Il sagit de la suite donnée par lauteur à son excellent roman " Cannibale". Vous y retrouverez Gocéné, trois quarts de siècle plus tard, qui revient en France sur les traces dÂ’un kanak tué 124 ans plus tôt en Nouvelle Calédonie. De quoi sortir du formol des spectres historiques et parler aussi de la culture des kanaks, de leur humanité. La piste du repentir passe par le musée de lÂ’homme, dans cet opus de 114 pages. Avec le retour dAltaï, Gocéné nous donne une belle leçon de ce repentir généalogique et le chef de la tribu de Kowale peut lui accorder un pardon collectif. A méditer. Question extraite : " Vous tous qui dites " hommes de couleur ", seriez-vous donc des hommes sans couleur ?"

    Didier Daeninckx a écrit, pour Shangaï express, un feuilleton " linspecteur Lentraille", qui sifflote des refrains de Maurice Chevalier. Des meurtres sous le régime de Vichy et loccupation allemande. Le décor historique est planté. Le coéquipier de linspecteur. Lentraille est un certain " Verdier ". Justement, notre auteur a publié un recueil aux Editions Verdier. Il sagit du titre : " Les cités perdus "et un livre également sous le régime de Vichy, au titre annonciateur: Itinéraire d'un salaud ordinaire!

    images

    Amnistiez vos préjugés ! Laissez respirer vos pensées !

    La Mémoire longue (Textes et images 1986-2008) de Didier Daeninckx, Cherche midi

    Voici le grenier de mémoire de Didier Daeninckx : plus de vingt ans d'enquêtes, de reportages, de carnets de voyages, de souvenirs personnels, d'histoires vécues, de récits historiques, de témoignages, de portraits, de notes de lecture, de chroniques, de textes polémiques. L'auteur y a aussi déposé quelques nouvelles courtes dans lesquelles la réalité dépasse la fiction. On y trouve tout ce dont il a nourri ses romans et ses nouvelles, ses racines familiales et sociales, ses attaches banlieusardes et politiques, ses choix littéraires et artistiques, ses convictions et ses révoltes.

    Didier Daenincks est un auteur prolixe recherché aussi comme préfacier, scénariste de bandes dessinées et nouvelliste. Sa bibliographie est très longue et vous pouvez la trouver de partout sur l’Internet. Nous vous fournissons une liste non exhaustive de ses dernières parutions :

    2013 : Têtes de Maures, L'Archipel (ISBN 978-2-8098-1038-7)

    2012 : La Prisonnière du djebel, éditions Oskar - (ISBN 978-2-357-54086-6)

    2012 : L'Espoir en contrebande, Le Cherche midi éditeur - (ISBN 978-2-7491-2431-5)

    Prix Goncourt de la nouvelle 2012

    2012 : Le Banquet des affamés, éditions Gallimard - (ISBN 978-2-07-013787-9)

    2012 : Louise du temps des cerises, dessins de Mako, Rue du Monde - (ISBN 978-2-35504-216-4)

    2010 : Mémoire noire - éditions Gallimard, collection Omnibus - intégrale des romans avec l'inspecteur Cadin.

    2011 : À louer sans commission, Mauvais Genres.

    têtesmaures

    Didier Daeninckx vient souvent en Corse où il compte de nombreux amis. En mai dernier, il y a fait des dédicaces pour son polar « Têtes de Maure » dans lequel il brosse un portrait de la Corse df’aujourd’hui en faisant revivre l’expédition militaire de 1931 qui a voulu mettre fin aux bandits d’honneur comme Spada, Bartoli ou Caviglioli. Plusieurs générations se croisent.  Un roman noir avec ses malheurs et ses victimes. L’occasion aussi pour s’interroger sur les origines incertaines de certaines fortunes… surtout lorsqu’elles sont vite constituées…. un vernis de l’éducation donnée aux enfants dans un établissement scolaire suisse, les bonnes manières et une maison bourgeoise cachent-ils des crimes et le blanchiment d’un argent sale ? Et puis l’oubli d’un descendance installée dans l’aisance. L’intrigue se déroule entre le Golfe du Valinco , les mines d’Argentella et Palneca… des lieux nommés ou rebaptisés mais parfois identifiables. Des crimes, des suicides, de la sauvagerie, des victimes pas toujours voyous… de nombreux retour sur le passé ety notamment sur l’année 1931 marquée par l’équipée gouvernementale surarmée pour mener la répression contre quelques bandits d’honneur. Un passé qui interroge. Le passé préfigure-t-il le présent ? L’année 1931 a-t-elle un lien avec 2012 en Corse ? Le journaliste Robert Colonna d’Istria écrit dans le mensuel Corsica : «  Le livre de Daeninckx est agréable à plus d’un titre. D’abord parce qu’il est écrit de manière plaisante. Ensuite parce qu’il donne à connaître un pays dans lequel tous ceux qui l’ aiment se reconnaitront. Enfin parce qu’il met en lumière les difficultés, dans l’ïle, de faire abstraction du poids et des usages du groupe. Le regard de l’autre est là… »


    Tags Tags : , , , , , ,