•  

    Marie Vindy


    Elle est née à Dijon. Comment est-elle passée de la peinture à l’écriture ? Un mystère. Elle n’en sait rien finalement. Un grand vide qu’il fallait remplir. Des histoires plein la tête et un premier manuscrit. Une nouvelle aventure. Écrire n’a pas été simple, mais plus simple que je ne l’avais imaginé… dit-elle.  Je voulais juste écrire un roman dans lequel je mettrais tout ce qui me plait. Un assassin, des flics et des chevaux. Je l’ai fait, cela m'a pris moins d'un an

    Artiste plasticienne et professeur d’arts plastiques en collège pendant quelques années, elle délaisse assez vite ces activités pour se consacrer à la littérature noire.

    Son premier roman, Mektoub, publié en 2004, inaugure ses sujets de prédilection : l’univers du crime et de l’investigation. Suivent Le Sceau de l’ombre, Nirvana transfert, Onzième Parano est son quatrième livre. Le cinquième « Une femme seule » est sorti dans la collection Fayard noir. Depuis lors, elle écrit et publié d'autres romans et nouvelles à découvrir. Vient de paraître son dernier roman chez Plon ( collection Sang neuf) au titre de "Justice soit-elle!"


  •  

    jparrio
     
     
    Jean-Pierre Arrio est né en 1969 et a grandi entre les quartiers Nord des quartiers Nord de Marseille et Ucciani, son petit village corse. Après des études de sciences du langage à Aix-en-Provence et d'histoire à Corti, il erre un peu comme tout le monde avant d'intégrer finalement la Collectivité territoriale de Corse où il a en charge le développement de la langue corse à l'école. Avec son premier roman « Cosu nostru », polar aux accents burlesques, la Corse se découvre un univers criminel burlesque où les truands décident un jour de devenir enfin des pros... Manipulations, coups de force, intimidations... Ajaccio est devenu le théâtre d’une vaste farce macabre. Son auteur traite de deux phénomènes très importants dans la vie des corses: les croyances, à travers le mazzérisme et la politique. Battì Stellini est un inspecteur de police, il est en proie à une terrible angoisse puisqu'il vient de rêver de son grand ami Paulo et le mazzeru qu'il est, sait bien que son ami n'a donc que quelques jours à vivre. La maladie, un accident?... « Young trip », dernier opus édité, est un roman noir atypique dans le paysage littéraire corse, un road movie où alternent et se répondent l'écriture de Jean-Pierre Arrio et les photos de Lesia Pietri. Son dernier ouvrage « Malavia » est un recueil de nouvelles noires originales. Il a déjà rencontré un réel succès.

     


  • Antoine Blocier

    Antoine Blocier, tel qu’il se présente: “Petit avec de grandes oreilles et une moustache, comme sur la photo (pour les oreilles c'est pas vrai!) Militant politique, passionné par toutes les expériences qui ont pour objectif de rendre les hommes libres, pratique le parapente et auteur de livres à ses moments perdus… » Antoine Blocier a coordonné le festival du polar de Roissy-en-Brie dans la région parisienne.

    Autodidacte dans tous les domaines, Antoine Blocier a dû entamer des études à l’âge de 30 ans. Il est, depuis, titulaire de deux diplômes d’Etat dans les domaines de l’Animation socioculturelle et du Développement, sans compter son Brevet de pilote de vol libre, qui lui permet de prendre de la hauteur sur les noirceurs et les mesquineries du monde. Militant politique et élu municipal, il traque les dysfonctionnements de la société. Le quotidien et l’actualité ne sont jamais bien loin de son travail d’auteur, que ce soit dans les romans, dans ses nouvelles ou ses pamphlets… Sabibliographie est bien garnie et dans des genres différents. Il écrit aussi pour la jeunesse avec un personnage récurrent, le jeune Maylis. Parmi ses romans noirs, on peut citer Camping sauvage ou "Polar Blues" mais il y en a d'autres. 


  •  

    Jean-Paul Ceccaldi

     

    Né à Ajaccio (Corse du sud), ses parents sont originaires d’Evisa et de Partinellu. En 1974, il est entré, comme inspecteur à la Police judiciaire de Paris. Ensuite, à Marseille,  il s’est occupé de proxénétisme et d’affaires financières. Après un long passage au SRPJ de la cité phocéenne, il a terminé sa carrière comme Commandant à l'IGPN, la police des polices. Il a imaginé le personnage du Flicorse, en écrivant des polars à la manière de vraies enquêtes judiciaires : «  La plume de Maât », « Tamo !Samo ! » et « Complices obscurs »Depuis 2010, trois nouvelles publications inédites: Œuf corse ! (Editions Ancre latine),  « Kebab story » (Editions Melis), coécrit avec Ida Der-Haroutunian et- Je pars pour Venise…etc. (Editions Ancre latine.Il a écrit en 2013 un quatrième récit mettant en scène le commissaire Mathieu Difrade (le Flicorse) et intitulé « L’heure des vêpres à Sorbello ». Il a publié la trilogie précédente en un seul volume.  A l’occasion du Huitième festival, était sortie la cinquième saison du Flicorse : « La rose est sans pourquoi » (publié aussi en version epub aux Editions Nouvelles Lectures). Par ailleurs, il a participé au recueil collectif « Le train de la Corse », publié à l’occasion de cette édition en partenariat avec les Chemins de fer de la Corse. A l’occasion du Neucième festival du polar, il avait publié son opus « La bande du Libecciu ». Pour la dixième édition, Ce fut un nouveau polar "Mortelle solitude"  ( Editions Ancre latine"  et deux nouvelles dans la série "Trinichellu" initiée par Olivier Collard  (éditions du Cursinu). Cette année, il publie une troisième nouvelle dans la série Trinichellu et trois nouvelles dans un autre recueil collectif à paraître à l'occasion du 11ème festival.. 


  •  

    Olivier Collard

    Amoureux de la nature, Olivier Collard découvre la Corse l’année de ses 18 ans (c’est aussi celle de Tchernobyl) avec quelques amis, une gourde, des pataugasses et la femme de sa vie. Une passion commune pour cette île les conduira à prendre un nouveau départ, par amour pour la Corse.  La vie dans un village de Casinca l’inspire, c’est le déclic. Il y restera cinq ans, le temps d’écrire ses cinq premiers romans. Olivier Collard vit désormais à Bastia. À ce jour, il a publié une quinzaine d’ouvrages, essentiellement dans les registres du roman noir et policier. La Trilogie Capcorsine marque un tournant dans son écriture, plus noire, plus farouche et sans doute plus troublante.  Son dernier roman, « Sulleone », est d’ailleurs classé « roman noir » par des chroniqueurs reconnus, même s’il se situe sans doute à la frontière des deux genres. En 2016 il fonde la collection « Trinnichellu », un projet collectif de « Poulpe à la mode Corse », auquel il participe en tant que coauteur, avec Christian Maïni, Jean-Paul Ceccaldi et quelques autres. Tous ses ouvrages sont publiés chez « U Cursinu Éditeur », une maison d’édition associative basée à Bastia