• Le jeudi 7 juillet prochain , des auteurs de polars embarquent à Marseille sur le Napoléon Bonaparte en soirée pour se rendre à Ajaccio où le festival du polar corse et méditerranéen débutera le lendemain vendredi 8 juillet à 10 heures.
     
    Et avec eux, le groupe "Et qu'ça swingue"...
     
     
     
    Dans la foulée, le vendredi et le samedi seront des journées prolongées par des nocturnes jusqu'à minuit. Le festival sera animé par le groupe Et qu'ça swingue. Dans le programme sont prévues conférence et tables rondes.
     
    Auteurs présents sur le ferry Napoléon Bonaparte: Franck Membribe, Zolma, André de Rocca, Jean-Hugues Oppel, Jean-Pierre Petit, Maurice Gouiran, Pierre Debesson, Antoine Blocier, Gilles Del Pappas, Nathalie Chacornac, Denis Blemond-Cerli, Serge Scotto, André Fortin et Jean-Paul Ceccaldi.
     
     


    Ferry Video: SNCM Napoleon Bonaparte par ChrisRenucci


  •  

    Malika Moine

    Née sur les contreforts du Luberon, Malika Moine vit à Marseille. Elle dessine depuis quelques années, ici et ailleurs, spectacles de la scène et scènes de vie. Reporter du quotidien, avec son bic et ses fusains, ses encres et ses couleurs, elle se ballade où se porte le bon vent. Et de temps en temps, il la porte de parsa ville : Marseille. Ainsi, depuis quelques années, elle a relu les lignes d'horizon avec sa plume et son encre de chine, et parfois l'aquarelle s'est invitée. Invitée, Malika vient de l’être pour traverser la mer et participer au 5ème Festival du polar corse et méditerranéen.

    Malika a commencé par suivre en fac un cursus d’histoire. Après quelques années « nomades », elle suit à Nîmes,  une formation aux techniques de sculpture, bijouterie contemporaine et peinture au sein de l’association des Ateliers de Fontblanche Elle participe avec des jeunes artistes allemands, irlandais, français et portugais à l’édification d’un mur en céramique à Parades de Coura au Portugal. Puis elle voyage en Amérique Centrale. C’est là qu’elle débute un travail de « reporter du quotidien »  Depuis, elle parcourt le monde, la Chine, le Laos, Cuba, le Brésil, l’Algérie, le Maroc, la Bulgarie.

    Elle dessine des scènes de vie,  dans les bars, les arrières cours. Elle  fait des reportages autour de conférences, de spectacles, de concerts et de festivals Elle expose et vend ses dessins et aquarelles et édite des cartes postales.

     

    Elle dédicacera l’opus « Tournée générale, 51 bars de Marseille » dont elle a réalisé les illustrations sur des textes de Phil G. L’ouvrage a été relié à la main par Les petits papiers ...

    « Il y a aussi des histoires économiques à taille humaine, où on parle également marchés, clients, euros, etc. mais en plus petit. Et puis aussi de belles personnes et de rencontres magiques. Des histoires si jolies qu’on les prendrait presque pour des contes de fées, ceux écrits juste pour faire rêver, qui ne peuvent pas exister.

    Et pourtant si…  Certaines de ces belles histoires se déroulent même dans notre ville. L’une est arrivée à deux jeunes demoiselles rencontrées l’autre soir au cours d’un vernissage…

    Dans une ville d’eau qui n’était pas la notre s’étaient donc connues Julie Monta et Xaviera Rivalin. Elles étudiaient les arts plastiques et, leur diplôme en poche, elles choisirent ensuite de venir vivre ici pour apprendre la reliure. Toutes deux emménagèrent dans le même immeuble et louèrent leur « chez elle  au même propriétaire. La presse parle souvent de ceux qui sont véreux, sans scrupule et sans cœur. Mais elles, elles eurent la chance de payer leur loyer à un tout autre genre, une sorte de « bonne fée » ou en tous cas, pas loin ! Car en connaissez-vous beaucoup, vous, de ces propriétaires qui pensent que la chance doit se donner aux autres parce qu’en d’autres temps ils l’ont reçue eux-mêmes ? Ainsi était leur homme ! Et, les voyant bûcher dans leur micro « chez elles » pour un jour réussir, il leur offrit l’accès à un local vide qu’il possédait aussi en bas de leur immeuble. Cadeau. Avec, comme dans les contes, une seule condition : au bout de deux années, elles devraient dégager. Pour que d’autres en profitent.

    C’est ainsi que soirs et week-end, les deux chanceuses ont coupé, collé, cousu les tissus, les cuirs, les toiles cirées et autres matériaux, pas tous conventionnels, qu’elles récupéraient ici et là. Elles ont relié des livres bien sûr, mais aussi créé de ravissants objets que l’on glisse dans son sac ou dans sa bibliothèque : des bloc-notes, des cahiers de voyage, des albums photos, des pochettes à trésors… A chaque fois des pièces uniques avec des jolis détails et de délicates finitions. »

    ( extrait du site : http://www.marsactu.fr/2010/06/05/les-bonnes-fees-des-petits-papiers-rue-saint-pierre-a-marseille-5eme/ )


  • Paul CARTA :

    Né à Ajaccio, étudiant à Nice, enseignant d’histoire et de français en région parisienne, rôliste et joueur d’échecs sur la Côte d’Azur, coopérant en Sicile… C’est de ses expériences que Paul Carta tire matière à romans. Son premier, L’artefact sicilien, fut d’ailleurs écrit lors de son séjour en Sicile et est probablement le seul livre de science-fiction étudié à l’université de Palerme. De son expérience de joueur d’échecs, il tire un roman de science-fiction, Gens Una Sumus, où des extraterrestres s’intéressent au jeu d’échecs, pour des motifs autres que ludiques.
    Il a publié par la suite Petit Dieu (2005, 2 tomes) La Planète du père Noel (2006) Crimes temporels (2008). "Je suis enseignant, dit-il, et j'écris durant mes loisirs des livres de SF et de Fantasy, publiés aux Editions Melis. J'ai fait mes études de Lettres Modernes à Nice, où j'ai présenté une Maîtrise sur Lovecraft et un mémoire de DEA sur Tolkien. J'enseigne le français, mais j'ai aussi enseigné l'Histoire-géographie, la Philosophie, l'Italien et le jeu d'échecs ».


  • <script type="text/javascript" src="http://s1.calameoassets.com/calameo-v4/widgets/loader/cloader.js"></script>
    Publiez sur Calaméo ou explorez la bibliothèque.

  •  

    Programme

    7 juillet

    Au départ de Marseille en direction d’Ajaccio, à bord du Napoléon Bonaparte.

    Dédicaces en présence d’une quinzaine d’auteurs méditerranéens, en partenariat avec la SNCM.

     8 juillet

    10 h 00 - Ouverture du festival au public. Place Foch.

    Présence de 37 auteurs de différentes régions de la Méditerranée et de Corse.

    11 h 30 - Hommage à la mémoire de Michèle Witta:  présentation et distribution des marques page édités à 2000 exemplaires par www.corsicapolar.euavec un code 2D permettant d'accéder à la liste des cent auteurs "incontournables" de Michèle Witta. Cliquer ci-dessous:

    Dédicaces et rencontres non stop avec les lecteurs de 10 à 24 heures.

    17 h 00 - Rencontre et débat public : Claude Mesplède de A à Z... 27 questions  à l’auteur du Dictionnaire des littératures policières.

    19 h 00 - Réception officielle.

    A partir de 20 heures, nocturne jusqu’à 24 heures.  

    9  juillet.

    10 h 00 - Ouverture du festival au public à 10 heures.

    Dédicaces et rencontres non stop avec les lecteurs de 10 à 24 heures.

    17 h 00 - Remise des prix pour le deuxième concours de nouvelles policières in lingua corsa.

    18 h 00 -  Rencontre et débat public : Les polars du Nord au Sud. Et si la quête des identités passait  par  la reconnaissance de l'Autre ?

    19 h 00 - Table ronde et débat public avec des auteurs, sur le thème : Noirs d'ici et noirs d'ailleurs, le génie des lieux.

    A partir de 20 heures, nocturne jusqu’à 24 heures.

     10  juillet

    10 h 00- Ouverture du festival au public.

    Dédicaces et rencontres non stop avec les lecteurs de 10 à 19 heures.

    11 h 00 - Rencontre et débat public: Écriture policière et mentir-vrai. Les auteurs invités parlent de leur rapport au réel et à la fiction.

    19 h00. Clôture du festival.

     

    Tout au cours du festival, interviewes d’auteurs et d’amateurs de polars en collaboration avec Radio Bleue Frequenza mora et musique Jazz manouche à volonté.

     

    illustration: www.camilla-gallapia.com

     

     

     

     

     

    20 h 00- Au départ d’Ajaccio en direction de Marseille, le festival s’achève à bord du Jean Nicoli de la SNCM

    Dédicaces en présence des auteurs

    Le festival du polar corse et méditerranéen est réalisé en partenariat avec  France Bleu Frequenza Morapour la cinquième année consécutive.

     

     Les auteurs

     

    Gildas Girodeau, Nathalie Chacornac, Gilles Del Pappas, Maurice Gouiran, Franck Membribe, Claude Mesplède, Jean-Pierre Petit, Dédé de Rocca, Zolma,  Antoine Blocier, Jean-Hugues Oppel, Denis Blémond Cerli, Pierre Debesson, Serge Scotto, Jean-Paul Ceccaldi, André Fortin, Loriano Macchiavelli, Gianpaolo Simi, Diana Lama, Jean-Luc Luciani, Jean-Pierre Orsi, Jeanne Tomasini, Marie-Hélène Ferrari, Olivier Collard, Ugo Pandolfi, Luciano Mélis, Christian Maria, Okuba Kentaro, Arlette Shleiffer, Paul Carta, Elena Piacentini, Archange Morelli, Paul Milleliri, Jean-Pierre Arrio, Daniele Piani, Jean-Pierre Santini et Jean-Louis Moracchini...

     

     

     Un hommage lui sera rendu...

     

    Michèle Witta était traductrice et  bibliothécaire à la BILIPO (Bibliothèque des Littératures Policières), à Paris. Elle participait à de nombreux  Festivals dont celui de l’association Corsicapolar à laquelle elle avait voulu adhérer.  Grande lectrice, conférencière et spécialiste des littératures policières ,  Michèle était aussi l’amie qu’on aime avoir. Nous pensons à elle et à sa famille.

     





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique